LE MOUSTIQUE TIGRE « AEDES ALBOPICTUS »

Article
Visuel
 Moustiques & maladies à La Réunion
Le moustique tigre « Aedes albopictus » peut être le vecteur de maladies telles que la dengue, le chikungunya ou le zika. Ce moustique colonise progressivement le territoire métropolitain depuis les années 2000. À ce jour, même s’il a ponctuellement été observé en Normandie depuis plusieurs années, le moustique tigre n’est pas considéré comme implanté dans la région.
Corps de texte

Le moustique Aedes albopictus est originaire d’Asie et est également appelé moustique tigre en raison des zébrures noires et blanches qui parcourent son corps effilé et d'une ligne blanche sur le thorax. Pour éviter qu’il ne s’installe, l’action de tous est essentielle !

La surveillance

La surveillance de la présence du moustique tigre s’exerce dans les 5 départements de la région, sur une période qui s’étend habituellement de juin à novembre.

Elle s’appuie sur la mise en place de pièges qui sont installés sur le territoire Normand puis relevés et observés à intervalles réguliers.

Cette surveillance et les mesures de luttes qui en découlent sont financées par l’ARS Normandie, et sont actuellement confiées à la FREDON Normandie (organisme habilité), suite à une procédure marchés publics.

A la surveillance entomologique s’ajoute celle des cas humains de dengue, de chikungunya ou de zika, qui sont des maladies à déclaration obligatoire et doivent donc donner lieu à un signalement à l’ARS par les professionnels de santé.

La lutte

Lorsque le moustique est repéré ou qu’un cas d’arbovirose est déclaré sur le territoire, des mesures de gestion graduées et adaptées au contexte local seront mise en œuvre.

Ces mesures de gestion consistent en la réalisation d’enquêtes épidémiologiques, entomologiques, la destruction de gites, la mise en œuvre de traitements larvicides voire adulticides si la situation le nécessite.

Comment le reconnaitre ?

Comme de nombreuses espèces de moustiques coexistent, il est parfois possible de les confondre.

Quelques caractéristiques permettent toutefois d’indiquer qu’il peut s’agir d’un Aedes albopictus :

  • Il est très petit (environ 5mm, soit plus petit qu'une pièce de 1 centime) ; 
  • Il a des rayures noires et blanches (pas de jaune), sur le corps et les pattes ;
  • Il pond dans petites collections d’eaux stagnantes (soucoupes, vases, bidons, gouttières etc.), autour des habitations et se déplace peu. Pour éviter son développement, il est recommandé d’éliminer les zones où l’eau peut stagner.
  • Il vit et pique le jour, principalement tôt le matin et au coucher du soleil (ce n'est pas lui qui vous empêche de dormir) ;
  • Sa piqûre est plus douloureuse que celle d’un moustique « commun ».  

Comment le signaler ?

Comment signaler un moustique tigre ?

Vous pensez avoir observé un moustique tigre ? Vous souhaitez le signaler ?

L’ensemble de la population peut participer à la surveillance de cette espèce afin de mieux connaître sa répartition il s’agit d’une action citoyenne permettant ainsi de compléter les actions mises en place.

Rendez-vous sur le site https://signalement-moustique.anses.fr/signalement_albopictus/ où un questionnaire vous permettra de vérifier rapidement s’il s’agit bien d’un moustique tigre.

L’identification d’une photo d’un moustique tigre nécessite a minima une photographie que vous pourrez ajouter à votre signalement.

Vous pouvez également expédier le moustique (dans un état permettant l’identification et correctement conservé dans un petit contenant ou scotché sur une feuille de papier par exemple) sous enveloppe timbrée à l’adresse suivante : FREDON Normandie, 1 rue Léopold Sédar Senghor - 14 460 COLOMBELLES

Dans certaines régions du monde notamment tropicales - Afrique, Asie, Antilles, Océan Indien, Amérique du Sud, Océan Pacifique, les moustiques peuvent me piquer le jour comme la nuit et me transmettre des maladies comme le chikungunya, la dengue ou le Zika.

Vous partez dans une région où des cas de ces maladies ont été signalés ?

Protégez-vous des piqûres de moustiques :

  • Portez des vêtements couvrants et amples et imprégnez-les d’insecticide pour tissus ;
  • Appliquez, sur la peau découverte, des produits anti-moustiques ;
  • Dormez sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide pour tissus. Ce moyen de protection, utilisé sur un berceau est également un moyen efficace et de protection du jeune enfant, en plus du port de vêtements couvrants ;
  • Utilisez aussi des insecticides à l'intérieur (diffuseurs électriques) et à l'extérieur (tortillons fumigènes) ;
  • Branchez la climatisation si cela est possible, les moustiques n'aiment pas les endroits frais et équipez portes et fenêtres de moustiquaires.

Si vous êtes enceinte :

  • Envisagez de reporter votre voyage dans cette région ;
  • Si le report n’est pas possible :
    • Consultez un médecin avant le départ,
    • Respectez les mesures de protection,
    • Consultez en cas de symptômes,
    • Assurez-vous du bon suivi de votre grossesse,
    • Une transmission du virus Zika par voie sexuelle étant possible, il est recommandé d’avoir des rapports sexuels protégés pendant toute la durée de la grossesse. Utilisez des préservatifs.

Vous revenez d’une région où des cas de ces maladies ont été signalés ?

Restez attentifs :

  • Consultez un médecin en cas de symptômes - En cas d’éruption cutanée avec ou sans fièvre, douleurs articulaires, douleurs musculaires, maux de tête, conjonctivite, consultez un médecin : vous avez peut-être contracté le chikungunya, la dengue ou le Zika ;
  • Évitez de vous faire piquer par les moustiques - Si vous êtes contaminé, évitez alors de vous faire piquer. En effet, si un moustique de type Aedes sain vous pique, vous pouvez à votre tour l’infecter et il pourrait contaminer une autre personne de votre entourage en la piquant 

Avant d'acheter ou d'utiliser des produits anti-moustiques :

  • Demandez conseil à un pharmacien surtout en ce qui concerne les enfants et les femmes enceintes. Lisez bien la notice avant toute application ;
  • Demandez l’avis du médecin traitant pour l’enfant de moins de 30 mois et en cas d’antécédents de convulsions ;
  • Évitez de les appliquer sur le visage et les mains des jeunes enfants.