Tiques (maladie de Lyme)

Article
Visuel
Les tiques sont des acariens que l’on retrouve principalement en forêt mais aussi dans les jardins, particulièrement au printemps et en automne. En se nourrissant du sang des animaux ou des humains sur lesquels elles se fixent, elles peuvent s’infecter en prélevant des agents pathogènes (bactéries, virus, parasites). Elles transmettent ensuite ces agents pathogènes en se fixant sur d’autres hôtes.
Corps de texte

En France, la principale maladie humaine liée aux tiques est la maladie de Lyme, provoquée par une bactérie appartenant au groupe Borrelia burgdorferi.

Un plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques a été élaboré par le ministère de la santé en 2016 et est en cours de mise en œuvre.

 

Clip de prévention réalisé par l’association Lympact, la Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques, avec le soutien de Santé Publique France et de la Direction Générale de la Santé.

En cas d’infection, quelques jours après la piqûre de tique, un érythème migrant apparaît le plus souvent autour du point de piqûre et s’étend de façon circulaire. A ce stade, un traitement antibiotique permet d’enrayer la maladie. En l’absence de traitement, la maladie peut provoquer des atteintes cutanées, musculaires, neurologiques et articulaires pouvant être très invalidantes.

Le retour des beaux jours est particulièrement propice aux balades en milieux naturels, notamment en forêt et aux activités dans les jardins. C’est également la période où les tiques sont particulièrement actives (printemps et automne). Il convient donc d’être particulièrement vigilant lors d’activités de plein air et d’adopter les précautions suivantes pour limiter le risque de piqûre de tiques et/ou les conséquences de ces morsures :

  • Utilisez des répulsifs, en privilégiant ceux disposant d’une autorisation de mise sur le marché et en respectant leurs conditions d’emploi (l’ensemble de ces informations figurent sur l’étiquette, l’emballage et/ou la notice des produits).

  • Portez des chaussures fermées et des vêtements couvrants et de couleur claire (afin de mieux repérer les tiques sur la surface du tissu).

  • Évitez de marcher au milieu des herbes hautes, des buissons et des branches basses et privilégiez les chemins balisés.

  • Inspectez-vous au retour de vos promenades et détachez immédiatement les tiques fixées à l’aide d’un tire-tique (n’utilisez en aucun cas de l’éther ou tout autre produit).

  • En cas de piqûre, désinfectez bien la plaie.

  • En cas d’apparition de symptômes inexpliqués ou d’un érythème migrant (halo rouge caractéristique sur la peau) suite à une piqûre de tique, consultez immédiatement votre médecin.

appliqation smartphone "Signalement Tique"

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, une application smartphone Signalement-Tique, téléchargeable sur les plateformes AppStore et PlayStore, a été développée. Celle-ci permet aux promeneurs de signaler une piqûre de tique et de recevoir des conseils en cas de piqûres.

Les signalements reçus permettront également d’élaborer des cartes de présence de tiques permettant ainsi la mise en place d’actions de prévention ciblées.

L’identification des CHU de Caen et de Rouen comme Centres de compétences des maladies vectorielles à tiques (CC MVT) par l’ARS Normandie répond à un enjeu de prise en charge adaptée des patients atteints de la borréliose de Lyme.

Trois niveaux de prise en charge répondent à la complexité des situations :

  • Niveau de proximité : la prise en charge est assurée par la médecine de ville dont le médecin traitant constitue l’axe essentiel et indispensable de la démarche de diagnostic. Il interagit de manière indispensable avec les autres spécialistes (ex. dermatologue, infectiologue, rhumatologue, neurologue, gynécologue-obstétricien, pédiatre).
  • Niveau de recours régional : la prise en charge est assurée par les centres de compétence hospitaliers pour les "cas complexes" de Maladies Vectorielles à Tiques (CC MVT) – pour la Normandie : CHU de Caen et de Rouen

Les CC MVT accueillent les patients présentant des symptômes attribués à une maladie transmise par les tiques, dont la prise en charge n’a pas permis d’obtenir de résultats satisfaisants. Ils collaborent étroitement avec la communauté médicale de proximité.

  • Niveau de recours interrégional : la prise en charge est assurée par les centres de référence hospitaliers - pour la Normandie : Centre Hospitalier de Rennes

Les CR MVT organisent et mettent en œuvre la recherche clinique et des formations, apportent leur expertise aux CC MVT de leur territoire et organisent la prise en charge des « cas très complexes ». Les CR MVT ont la mission d’animer le réseau des CC MTV. Les CR MVT ont une attraction interrégionale ; ils sont au nombre de cinq au niveau national. La décision de labellisation des CR MVT est prise par le ministère chargé de la santé et valable cinq ans.