Contraception : parlons-en à l’occasion de la journée mondiale du 26 septembre !

Article

La contraception permet de choisir le moment d'avoir un enfant. Masculine ou féminine, la contraception prévient des risques de grossesses non désirées. La journée mondiale de la contraception du 26 septembre est l’occasion de sensibiliser s. La journée mondiale de la contraception du 26 septembre est l’occasion de sensibiliser sur les méthodes de contraception à disposition selon son mode de vie.

Un quart des jeunes de 15 à 24 ans a sa première relation sexuelle sans contraception. Cette journée mondiale permet de rappeler :

  • les différentes méthodes de contraception existantes ;
  • le choix juste de contraceptif (approprié à ses habitudes, son mode de vie et sa vie sexuelle) ;
  • les interruptions volontaires de grossesse (IVG).

La contraception est accessible aux personnes majeures et mineures, aux femmes comme aux hommes. Parmi les contraceptions les plus courantes : la pilule contraceptive, les préservatifs externes et internes, les dispositifs intra-utérins (stérilets), diaphragme, l'implant contraceptif, spermicides, contraceptifs injectables... Il existe également des méthodes de stérilisation à visée contraceptive, réservées aux personnes majeures.

Pour faciliter l’accès à la contraception aux jeunes femmes, Olivier VERAN, Ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé le 9 septembre 2021 l’extension de la gratuité de la contraception. Jusqu’alors réservée aux mineures, les femmes jusqu’à 25 ans pourront en bénéficier à compter du 1er janvier 2022. La prise en charge intégrale des frais comprendra la contraception, le bilan biologique, ainsi que la consultation de prescription et tous les soins qui sont liés à cette contraception jusqu'à 25 ans.

Ne pas oublier :

  • seul le préservatif protège à la fois des grossesses non désirées et des infections sexuellement transmissibles ;
  • une femme peut tomber enceinte à n’importe quel jour du cycle menstruel et durant ses règles. Il en est de même lors du premier rapport sexuel ;
  • la pilule ne peut pas rendre une femme stérile ;
  • la méthode du retrait, lorsque l’homme se retire avant l’éjaculation, n’est pas une méthode efficace.

 

 

La prévention des grossesses non désirées, en particulier chez les adolescentes et les femmes en situation de vulnérabilité, constitue un enjeu de santé publique.

L’IVG, encore appelé avortement, est un droit pour toutes les femmes en France, qu'elles soient mineures ou majeures. Seule la femme enceinte, souhaitant mettre un terme à sa grossesse, peut en faire la demande.

En 2020, La Normandie présente un taux d’IVG chez les 15-49 ans inférieur au taux national (1,49% en Normandie contre 1,97% pour la France) avec toutefois des disparités selon les départements. Le taux le plus important s’observe en Seine-Maritime (1 ,74%) - Source SNDS/PMSI 2020.

En France, l’IVG est pratiquée avant la fin de la 12e semaine de grossesse, c’est-à-dire avant la fin de la 14e semaine qui suit le début des dernières règles. Elle peut être médicamenteuse ou chirurgicale. Afin de respecter les délais légaux impartis et de permettre le choix d’une technique adaptée à la situation de l’intéressée, une datation de la grossesse est réalisée avant l’IVG souvent réalisée par échographie. Une fois pratiquée, l’IVG doit faire l’objet d’un suivi. La patiente doit notamment se rendre à une visite de contrôle qui intervient généralement de 14 jours à 21 jours après l’IVG.

Retrouvez toutes les informations sur l'IVG sur le site ivg.gouv.fr
Numéro vert gratuit d'informations : 0800 08 11 11

Auprès de son professionnel de santé
 

Les médecins généralistes, gynécologues et sages-femmes, sont là pour renseigner les femmes, les aider à choisir la contraception qui leur convient et la leur prescrire. Depuis le 1er novembre 2017, lorsqu’un médecin généraliste, un gynécologue ou un pédiatre reçoit une jeune fille âgée de 15 ans jusqu’à la veille du 18ème anniversaire pour une première consultation portant sur la contraception et la prévention des infections sexuellement transmissibles, il peut désormais coter un acte spécifique à 46€, la Consultation de Contraception et Prévention (CCP). Cet acte est pris en charge à 100 % par l’assurance maladie, avec possibilité d’un tiers payant intégral. De plus, il est anonymisable en cas de demande.

Une jeune qui consulte pour une première demande contraceptive doit bénéficier d’une consultation uniquement dédiée à ce motif, quel que soit son âge. En cas d’impossibilité (en cas d’urgence par exemple), il faut programmer à court terme une consultation entièrement dédiée.

En Normandie, 4 827 consultations contraception prévention ont été réalisées en 2020 (Source SNDS) soit une progression de presque 7 % entre 2019 et 2020. La Normandie présente un taux de recours à la CCP plus important qu’au niveau national.

Les plannings familiaux

Issus d’un mouvement féministe, les plannings familiaux sont associatifs et prennent en compte toutes les sexualités. Ils défendent le droit à la contraception, à l'avortement et à une éducation à la sexualité dès le plus jeune âge. Ils participent également à la lutte contre le VIH et les IST.

Trouver le planning familial le plus proche de chez vous : planning-familial.org

Les Centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) en Normandie

Les CPEF assurent des consultations de contraception ainsi que des actes de prévention portant sur la sexualité et l’éducation familiale.

Les mineures, qui souhaitent garder le secret sur leur vie intime, peuvent obtenir, gratuitement et sans autorisation de leurs parents :

  • une consultation médicale ;
  • la prescription d’un moyen contraceptif ;
  • la contraception d’urgence ;
  • ainsi que les bilans et le suivi nécessaires.

Toute personne sans couverture sociale personnelle peut aussi bénéficier de ces prestations gratuitement.

Trouver le centre de planification ou d’éducation familiale le plus proche de chez vous : les centres de planification ou d'éducation familiale

Les pharmacies

Les pharmaciens sont présents pour délivrer la contraception, informer et orienter les femmes. Ils délivrent également gratuitement et de façon anonyme la contraception d’urgence aux mineures sur simple déclaration de leur part.

Les infirmières scolaires des collèges et lycées

Les infirmières scolaires des collèges et lycées peuvent informer, orienter et délivrer la contraception d’urgence aux élèves mineures et majeures des collèges et lycées.

Les services universitaires et inter-universitaires de médecine préventive et de promotion de la santé

Ils sont autorisés à délivrer la contraception d’urgence, à titre gratuit. La délivrance est accompagnée de conseils de prévention aux étudiantes qui en font la demande, par les médecins, sages-femmes et infirmier(es).

Les centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD)

Les CeGIDD accueillent toute personne souhaitant une information ou un dépistage et contribuent à :

  • La prévention, au dépistage et au diagnostic de l’infection par les virus de l’immunodéficience humaine et des hépatites ainsi que l’accompagnement dans la recherche de soins appropriés ;
  • La prévention, au dépistage, au diagnostic et au traitement ambulatoire des infections sexuellement transmissibles ;
  • La prévention des autres risques liés à la sexualité dans une approche globale de santé sexuelle, notamment par la prescription de contraception (y compris la contraception d’urgence).

Trouver le CeGIDD le plus proche de chez vous : horaires et infos | Annuaire Centre de dépistage VIH Sida en Normandie

 

 

Un numéro national anonyme et gratuit est ouvert le lundi de 9h à 22h et du mardi au samedi de 9h à 20h.

Il permet de répondre à toutes les demandes d’information, de conseil, de soutien et d’orientation en matière d’IVG, mais aussi de sexualité et de contraception. Ce numéro, confié au mouvement français du planning familial, garantit des informations neutres et objectives sur les droits sexuels et reproductifs des femmes.

0800 08 11 11
Service & appel anonyme et gratuit