Agir ensemble pour la santé des Normands

Parcours de santé et de vie des personnes traumatisées crâniennes et cérébrolésées

Etude et rapport
Date de publication
Visuel
TCC
Les lésions du cerveau ou cérébrolésions, résultant de diverses causes (traumatismes crâniens, anoxies cérébrales, …), peuvent générer chez les personnes qui en sont atteintes des séquelles importantes sur les plans moteur, cognitif, psychologique. Certaines entrainent des situations de handicap nécessitant un accompagnement.
Corps de texte

Dans la continuité des travaux déjà engagés et qui ont pu aboutir à la constitution d’outils, l’ARS a rencontré, dans le cadre des travaux d’élaboration du Projet régional de santé (PRS), des représentants des filières de Normandie orientale et occidentale ainsi que les représentants des usagers pour définir les enjeux de travail à venir.

Un plan d’action va dans ce cadre se décliner (voir synthèse des groupes de travail) et une fonction ressource régionale sera mise en place.

Les lésions du cerveau ou cérébrolésions, résultant de diverses causes (traumatismes crâniens, anoxies cérébrales, …), peuvent générer chez les personnes qui en sont atteintes des séquelles importantes sur les plans moteur, cognitif, psychologique. Certaines entrainent des situations de handicap nécessitant un accompagnement. La prise en charge et l’accompagnement de ces personnes se structure en filière, de la prise en charge en soins aigüs aux urgences, puis dans les centres de rééducation (CMPR) et services de suites souvent spécialisés (SSR neuro). Le retour à domicile fait parfois l’objet d’un accompagnement spécifique (via des accompagnements par des services sociaux et médico-sociaux : SAMSAH, SAVS, SAAD, SSIAD, interventions libérales coordonnées, …). Pour les personnes ayant un handicap acquis sévère altérant fortement leur autonomie, une décision CDAPH peut également les orienter vers des dispositifs d’hébergement spécialisés (foyers de vie, FAM, MAS).