Agir ensemble pour la santé des Normands

Zéro alcool pendant la grossesse, les Troubles causés par l'alcoolisation fœtale (TCAF)

Actualité
Date de publication
Visuel
zero alcool pendant la grossesse
À l'occasion de la journée internationale du 9 septembre, l'Agence régionale de santé (ARS) de Normandie souhaite rappeler les mesures simples de prévention et la disponibilité, pour les femmes enceintes et leurs proches, d’un dispositif d’écoute et d’aide.
Corps de texte
grossesse+alcool = danger

Même modérée ou ponctuelle, la consommation d’alcool durant la grossesse génère des risques graves pour le futur enfant, car il s’agit d’un des produits de consommation les plus toxiques pour le développement de son système nerveux.

Ses effets varient en fonction de la quantité d’alcool absorbée, de la façon de consommer (binge drinking, …), de l’usage d’autres drogues, etc. Le risque est le même quel que soit le type de boissons alcoolisées (apéritif, vin, bière, cidre, spiritueux, etc.).

Les effets de l’alcool sur l’embryon et le fœtus sont nombreux :

  • complications durant la grossesse (retard de croissance du fœtus, accouchement prématuré),
  • atteintes au système nerveux et au cerveau
  • troubles psychiques ou du comportement chez l’enfant exposé : troubles d’apprentissages, de la mémorisation, de l’abstraction, de l’attention…

Les risques de la consommation d’alcool pendant une grossesse restent largement sous-estimés. Pourtant, l’incidence des troubles causés par l’alcoolisation prénatale peut atteindre 1% des naissances en France, soit 7 000 nouveaux enfants chaque année. Cela signifie qu’environ 500 000 français souffrent, à des degrés divers, de séquelles de l’alcoolisation fœtale.

FOCUS : Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale

La consommation d’alcool durant la grossesse peut induire chez l’enfant :

un Ensemble de Troubles Causés par l’Alcoolisation Fœtale (ETCAF) regroupant tous les troubles qui résultent d’une consommation d’alcool pendant la grossesse, qui se manifestent dès la naissance et durant toute la vie

• un Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF), conséquence la plus grave associant des malformations de la face et du crâne et d’autres organes, un retard de croissance et un déficit mental. Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF) représente la première cause de handicap mental d’origine non génétique et d’inadaptation sociale de l’enfant.

En savoir plus : Téléchargez la présentation de l’Académie de Médecine (rapport du 22 mars 2016).

types d'alcool

Le risque d’atteinte du fœtus est en général lié à la dose et à la durée de l’alcoolisation. Mais il est impossible de fixer un seuil en dessous duquel la prise d’alcool n’a pas de conséquence sur la santé du fœtus. Pour cela, il est recommandé de s’abstenir de toute consommation d’alcool dès le désir de grossesse, pendant toute sa durée et jusqu'à la fin de l'allaitement. Cette recommandation vaut pour toutes les occasions de consommation, qu'elles soient quotidiennes ou ponctuelles, même festives.

 

Trois informations pour comprendre la vulnérabilité du fœtus :

• l’alcool bu par la mère passe dans le sang du bébé par le placenta,

• rapidement, il y a autant d’alcool dans le sang du bébé que dans celui de la mère,

• de plus, le bébé reste exposé plus longtemps aux effets toxiques de la consommation d’alcool car son foie immature l’élimine plus lentement.

Avec d’autres régions historiquement marquées par de fortes consommations d’alcool, la Normandie est particulièrement concernée.

Pour certaines femmes, l’abstinence ou la diminution de la consommation d’alcool durant toute la grossesse peut s’avérer difficile voire impossible. Dans ces situations, une aide et un accompagnement adaptés peuvent être proposés par des professionnels, pour la mère et l’arrivée du bébé.

Les ressources à connaître

Les interlocuteurs de proximité

  • médecins généralistes,
  • gynécologues-obstétriciens,
  • sages-femmes,
  • pédiatres,
  • infirmiers, travailleurs sociaux,
  • psychologues,
  • centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA)…
  • professionnel de la PMI (Protection maternelle et infantile)

Les acteurs spécialisés
en addictologie

Les réseaux
de santé « périnatalité »

Réseau périnatalité Calvados, Manche et Orne

Réseau périnatalité Eure et Seine-Maritime

Les ressources nationales
alcool info services

Écoute alcool : 0 811 91 30 30

Pour les professionnels
  • Ministère de la Santé / MILDT :

Alcool et grossesse, parlons-en - Guide à l'usage des professionnels, 2010 :

Alcool et grossesse (pdf, 824.23 Ko)

  • Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA)

  • Fédération Addictions:

Guide « Femmes et addictions » http://www.federationaddiction.fr/parution-du-guide-femmes-et-addictions-de-la-federation/

    Si la femme allaite, il est recommandé de ne pas boire d’alcool, car l’alcool passe dans le lait maternel. Si ce n’est pas possible, Il faut éviter de boire juste avant la tétée. Après avoir bu un verre d’alcool, il est conseillé d’attendre entre 2 et 3 heures avant de redonner le sein à l’enfant.