Utilisation des masques "grand public" et sanitaires

Actualité
Date de publication
Visuel
Retrouvez les informations relatives aux différents types de masques.
Corps de texte

Port du masque "grand public"

Le port d’un masque grand public est préconisé dans certaines situations pour se protéger et protéger les autres, notamment lorsque la distance physique d’1 mètre n’est pas possible, dans les lieux à risque, dans les établissements et chez les professionnels de santé. Il ne se substitue en aucune manière au respect des gestes barrières
et des règles de distanciation sociale.

Le masque « grand public » est à usage non-sanitaire, mais répond à des normes établies par les autorités sanitaires : il doit être respirable et filtrer les gouttelettes qui contiennent du virus, pour ne pas qu’elles rentrent ni ne sortent. Ils sont lavables pour la grande majorité et réutilisables plusieurs fois (certains modèles 20 ou 30 fois – se conformer aux recommandations du fabricant).

Fabrication de masques « grand public » en Normandie

Face à la demande croissante de nombreux secteurs d’activité (hors du domaine sanitaire) d’augmenter la protection des salariés par des masques, le gouvernement a sollicité l’offre industrielle française afin de disposer de masques anti-projections avec des performances adaptées au domaine non médical.
Un appel à propositions a été lancé à la suite d’une concertation par le ministère de l’Economie et des Finances à destination d’entreprises prêtes à proposer des solutions pour augmenter la capacité de production nationale.

Plusieurs entreprises normandes répondent aux spécifications exigées des "masques grand public" : https://www.entreprises.gouv.fr/fr/covid-19/covid-19-informations-relatives-aux-masques-grand-public

 

Depuis le début de l’épidémie, l’ARS Normandie, suivant les recommandations de l’Etat, organise la gestion et la distribution de masques aux professionnels de santé et médico-sociaux, hospitaliers et libéraux. A l’issue du confinement, ces distributions se poursuivent, avec pour objectif prioritaire la limitation au maximum de la diffusion du virus et l’accompagnement de la reprise d’activité.

En complément des dotations pour les professionnels de santé, depuis le 11 mai, les malades, les personnes contacts (sur présentation de leur carte vitale - après identification par l’Assurance maladie) et les personnes à très haut risque médical (sur prescription médicale - par exemple personnes immunodéprimées sévères) bénéficient eux aussi de ces masques.

 

Aller plus loin