Tout savoir sur les économies d'eau

Actualité
Date de publication
Visuel
Ressource précieuse, l’eau peut venir à manquer. Des périodes de sécheresse peuvent venir d’un manque de pluie, mais aussi d’une utilisation trop intensive ou inadaptée (on prélève trop en été quand la ressource ne peut se renouveler faute de pluies...). Quand la sécheresse survient, des restrictions d’usage de l’eau peuvent être décidées par les préfets de département.
Corps de texte

Les eaux consommées en France proviennent en grande majorité (82 %, soit environ 26 milliards de m3) des fleuves, des rivières et des lacs – ce sont les « eaux de surface »–, généralement plus faciles et moins chères à prélever. Pour produire de l’eau potable, on utilise principalement (près de 63 %) des eaux souterraines, moins polluées. Cependant, dans les zones urbaines, où la quantité nécessaire à chaque instant est très élevée, on prélève plutôt de l’eau de surface que les grandes collectivités ont les moyens de traiter efficacement. L’eau potable est prélevée à partir de près de 35 000 points de captage. Les captages d’eau destinée à la fabrication d’eau potable sont protégés, pour éviter toute pollution accidentelle.

Les seuils entraînant des mesures de restriction sont définis au niveau local par les préfets. Ce qui facilite la réaction en situation de crise, et permet la transparence et la concertation entre les différents usagers d’un même bassin.

Les arrêtés sécheresse ne peuvent être prescrits que pour une durée limitée, sur un périmètre déterminé. Ils doivent assurer l’exercice des usages prioritaires, plus particulièrement la santé, la sécurité civile, l’approvisionnement en eau potable et la préservation des écosystèmes aquatiques. Ceci tout en respectant l’égalité entre usagers des différents départements et la nécessaire solidarité amont - aval des bassins versants.

Entre juin et août, 80% de l’eau est consommée par l’agriculture. Limiter l’irrigation à « la bonne dose au bon moment » permet par endroit de diminuer la consommation de 30%. Les économies d’eau dans ce secteur sont globalement encouragées :
- amélioration du matériel d’irrigation,
- changement de pratiques,
- choix de cultures moins consommatrices d’eau.

Les particuliers sont eux aussi invités à faire des économies d’eau et à réduire leur consommation : 
- en réutilisant l'eau de pluie,
- en prenant des douches à la place des bains,
- en installant des chasses d’eau double flux et des réducteurs de pression sur les robinets
- en limitant l'arrosage de pelouse et espaces verts,
- en limitant le lavage de voitures, 
- en limitant le remplissage de piscine.

Mesures de restriction auprès des industriels :
- amélioration des modes opératoires pour les rendre plus économes en eau,
- utilisation de l’eau en circuit fermé,
- recyclage des eaux de nettoyage.

Aller plus loin