Agir ensemble pour la santé des Normands

Point sècheresse en Normandie

Actualité
Santé environnement
Date de publication
Visuel
Tangue_seche_Regneville-sur-Mer(50)
Les seuils entraînant des mesures de restriction sont définis au niveau local par les préfets.
Les arrêtés sécheresse sont prescrits pour une durée limitée et pour un périmètre déterminé. Ils doivent assurer l’exercice des usages prioritaires et notamment la santé et l’approvisionnement en eau potable.
Corps de texte

En fonction des seuils définis au nombre de 4 (vigilance, alerte, alerte renforcée, crise) les mesures de limitation des prélèvements sont progressives :

  • Usages domestiques : sensibilisation, puis limitations de plus en plus fortes des prélèvements pour l’arrosage des pelouses, des espaces verts, le lavage des voitures, le remplissage des piscines jusqu’à l’interdiction totale de ce type d’utilisation (hors usage eau potable).
  • Agriculture (80 % des prélèvements entre juin et août) : interdiction d’irriguer 1 jour par semaine, plusieurs jours par semaine ou à certaines heures jusqu’à l’interdiction totale de l’irrigation.
  • Industrie : mesures spécifiques prises sur les unités les plus consommatrices : mesures imposant une réduction progressive d’activité, le recyclage de certaines eaux de nettoyage, la modification de certains modes opératoires.

Les agents du pôle Santé Environnement de l’ARS de Normandie chargés du contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine participent aux réunions Sècheresse au niveau local.

Restons tous vigilants et acteurs pour que soit notamment assuré lors de ces périodes critiques l’usage prioritaire de l’alimentation en eau potable.

La situation pour chaque secteur de la région figure sur le site régulièrement mis à jour :

http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp

Point sècheresse du 20 juillet 2017

  • Arrêté vigilance pris le 10/07/2017
  • Arrêté d’alerte sècheresse pour le bassin de la Touques
  • Arrêté d’alerte sécheresse pour les communes du Bocage

http://www.calvados.gouv.fr/secheresse-et-mesures-de-restriction-d-eau-dans-le-a7266.html

Point sècheresse du 20 juillet 2017

Sur les 14 bassins eurois, 3 sont en vigilance, 7 en alerte, 3 en alerte renforcée et 1 en crise :

http://www.eure.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Politique-de-l-eau-et-de-la-nature/Eau/Secheresse/Situation-des-bassins-dans-le-departement-de-l-Eure

Pas de situation critique remontée pour l’AEP même si des secteurs étaient en tension lors des jours « caniculaires ».

Rien à signaler

Point sècheresse du 20 juillet 2017

  • Arrêté vigilance pris le 21/6/2017
  • Arrêté alerte pris le 17/07/2017

http://www.manche.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Secheresse

L’ARS reste très vigilante sur la situation dans le Granvillais. L’alimentation en eau potable se fait à partir d’eau de surface et les débits sont relativement faibles pour la saison. Une canalisation de sécurisation avec le sud Manche est en cours mais ne pourra être opérationnelle pour l’été.

Dans les autres secteurs, quelques situations de tensions sont observées et pour l’instant maîtrisées (bâtards d’eau, pompage de secours ou remise en service de captages).

Point au 03/07/2017 (date de la dernière réunion sécheresse dans l’Orne)

L’ensemble des cours d’eau du département présente une situation sèche, entre triennale et décennale en général. Les pluies de fin juin soutiennent les débits dans la plupart des bassins mais cette situation ne devrait pas durer.

Les bassins de l’Avre et Iton sont  en alerte renforcée, ceux de l’Egrenne Varenne et Sarthe amont sont en alerte, ceux de l’Orne moyenne, Risle, Charentonne, Guiel et Mayenne amont  sont en vigilance.

Le niveau des eaux souterraines est très bas dans l’ouest du département.

En matière d’AEP, Véolia fait part de situations tendues mais sans risque de rupture d’approvisionnement lors du pic de chaleur de juin. Néanmoins, aucune difficulté majeure n’est signalée par les exploitants et les collectivités.

Pour les semaines à venir, si le temps reste sec, les craintes demeurent surtout pour les captages en eau superficielle et les petits captages dans le socle.

Point sècheresse du 20 juillet 2017

En l’absence d’une quasi-totale de précipitations depuis la fin de l’année 2016, la baisse des débits se fait ressentir sur l’ensemble des cours d’eau et les nappes souterraines n’ont pas encore entamé leur recharge. De nombreux cours d’eau ont atteint le seuil d’alerte renforcée voire de crise pour les cours d’eau de la pointe de Caux. Les niveaux des nappes souterraines ont atteint les seuils de vigilance, d’alerte voire d’alerte renforcée et de crise (pour le secteur Yeres-Eaulne-Béthune).

Des arrêtés préfectoraux ont ainsi été pris pour plusieurs zones d’alerte constatant le franchissement des seuils sécheresse et prescrivant les mesures de surveillance, de limitations ou interdictions provisoires des usages de l’eau (cf. http://dise.seine-maritime.agriculture.gouv.fr/Situation-hydrologique-actuelle-du ) :

Pour le comité sécheresse (4/7), les exploitants AEP ont été invités à faire part des difficultés constatées ou prévisibles auprès de l’ARS-UDSE  76 : des niveaux anormalement bas sont constatés au niveau de certains forages (Métropôle Rouen Normandie par ex).

L’ARS de Normandie est par ailleurs sollicitée sur les sujets suivants : vidange et remplissage des piscines, réutilisation d’eaux usées, douches sur les plages. Des réponses sont apportées en lien avec la Délégation inter-services de l’eau.

Aller plus loin