Agir ensemble pour la santé des Normands

Publication du Projet régional de Santé de Normandie

Actualité
Projet régional de santé
Date de publication
Visuel
Visuel PRS 2
Christine Gardel, Directrice générale de l'ARS de Normandie a arrêté
Ce PRS doit être le début d’une nouvelle histoire : celle de notre mobilisation collective. Il n’est pas le cadre de la seule Agence régionale de santé. C’est en agissant ensemble que nous parviendrons à améliorer la santé des Normands.
Corps de texte

Un projet co-construit et concerté depuis 1 an et demi

Le Projet régional de santé a largement mobilisé les acteurs régionaux et territoriaux de la démocratie en santé, dont les représentants des collectivités territoriales.

Les objectifs stratégiques et opérationnels ainsi que les diagnostics permettant d’élaborer le PRS ont été régulièrement présentés, en particulier au sein de la Conférence régionale de santé et d’autonomie (CRSA), de ses commissions spécialisées et des Conseils territoriaux de santé.

Instances dans lesquelles siègent des représentants :

  • Des élus locaux, départementaux et régionaux ;
  • Des professionnels de santé ;
  • Des usagers ;
  • Des partenaires sociaux ;
  • Des acteurs de la prévention, de la cohésion et de la protection sociale ;
  • Des établissements de santé et médico-sociaux.

Durant la phase de concertation et de co-construction, les acteurs de la démocratie en santé ont partagé les diagnostics portant sur les besoins et l’offre en santé de chaque territoire. Ils ont ainsi participé à la définition des priorités du PRS.

Les objectifs quantitatifs et qualitatifs de l’offre sanitaire et médico-sociale ont été présentés et concertés avec les fédérations professionnelles et les instances de la CRSA.

Ces échanges ont permis d’élaborer le Cadre d’orientation stratégique (COS), le Schéma régional de santé (SRS), et le Programme régional pour l’accès à la prévention et aux soins des personnes les plus démunies (PRAPS).

Au total : plus de 100 réunions ont permis de nourrir, au fur et à mesure, le PRS.

     

    La lutte contre les inégalités sociales et territoriales

    Les diagnostics réalisés avec les acteurs pour construire ce PRS ont confirmé une situation régionale marquée par de fortes inégalités sociales et territoriales, entre les départements - mais aussi et surtout à l’échelle infra-départementale.

    Ces réalités très différentes d’un territoire à l’autre sont une raison pour laquelle ce PRS ne peut pas être un plan d’actions régional mais doit être un cadre pour décliner des actions « du sur mesure » pour chaque territoire.

    Les Conseils territoriaux de santé seront les lieux de cette construction et les CLS seront les outils pour agir et rendre compte.

    Faire de la prévention le premier levier de la qualité du parcours de santé et de vie

    En agissant sur ce que l’on appelle les déterminants de santé : c'est-à-dire par exemple la promotion de comportements individuels favorables à la santé – c’est le cas de la prévention des pratiques addictives par exemple, mais aussi de l’action en santé environnementale ou sur la santé au travail.

    Accompagner la transformation du système de santé

    Par ailleurs, l’évolution progressive – engagée en région mais à poursuivre de manière ambitieuse – des modalités d’hospitalisation à temps complet vers des prises en charge ambulatoires, « hors les murs » de l’hôpital vise à répondre à des enjeux d’efficience du système de santé tout en répondant aux attentes des usagers.

    L’organisation de la gradation dans l’accès à l’offre de santé (de premier et de second recours ; en ville ou l’hôpital) de manière coordonnée entre les acteurs concernés et donc l’affirmation plus forte et plus lisible du rôle des structures de proximité, de référence territoriale, de recours régional vise donc à optimiser les ressources dans tous les champs (santé publique, autonomie et soin) en maintenant des réponses de qualité.

    Les enjeux d’adaptation et de gradation de l’offre sont tout aussi prégnants dans le domaine médico-social et dans celui de la prévention et de la promotion de la santé afin de proposer des modalités d’accompagnement adaptées aux spécificités et besoins des publics (âgés en perte d’autonomie ou en situation de handicap) afin de permettre notamment le développement des réponses inclusives ou le maintien à domicile pour poursuivre un développement ambitieux des services par transformation de l’offre existante d’hébergement.

    Cette volonté de meilleure organisation implique de transformer et de faire évoluer de manière progressive des activités.

    Aucune transformation ne se fera sans avoir étudié en amont les alternatives avec les parties prenantes et sans en mesurer l’impact sur la sécurité et la qualité des prises en charge.

    Aller plus loin

    Documents à télécharger