Agir ensemble pour la santé des Normands

La Semaine Européenne de la Vaccination en Normandie

Actualité
Date de publication
Visuel
SEV 2019
L’Agence Régionale de Santé de Normandie, Santé publique France et leurs partenaires locaux se mobilisent pour la Semaine Européenne de la vaccination. Du 24 au 30 avril, ils iront à la rencontre des Normands pour les informer et répondre à leurs interrogations. L’occasion également d’observer les premiers résultats encourageants des vaccinations obligatoires du petit enfant dans la région.
Corps de texte

La Semaine européenne de la vaccination : deux dates en Normandie

L’Agence Régionale de Santé, Santé publique France, les Centres de Vaccination départementaux et leurs partenaires  donnent rendez-vous aux Normands sur le Village Info Vaccination, pour s’informer grâce à des animations et des ateliers ludiques :

A Evreux : le mercredi 24 avril, Place du Miroir d’eau, de 11h à 18h
A Caen : le vendredi 26 avril, Place Bouchard, de 11h à 18h

A jour de vos vaccins ? Les carnets de santé et de vaccination pourront également être vérifiés sur place.

La vaccination est la prévention la plus efficace pour lutter contre de nombreuses maladies infectieuses potentiellement graves telles que les méningites à méningocoque, la rougeole, la coqueluche et le tétanos

J’ai été vacciné.e à 6 ans contre le DTPolio (diphtérie, tétanos, poliomyélite) : je ne suis plus protégé.e ?
Vrai Certains vaccins nécessitent des rappels tout au long de la vie ! Pour le DTPolio, après la vague de vaccination dans l’enfance, il convient à l’âge adulte d’effectuer des rappels à 25 ans, 45 ans, 65 ans puis tous les 10 ans.

Je ne sais pas si j’ai eu la rougeole enfant ou si j’ai été vacciné.e. Je me fais vacciner avant de tomber malade ?
Vrai En cas de doute, mieux vaut se faire vacciner préventivement car la survenue de la rougeole  à l’âge adulte peut avoir des conséquences très graves. Le vaccin servira de rappel pour les personnes déjà immunisées et de primo vaccination pour les autres.  

Je me fais vacciner : je me protège et je protège les autres ?
Vrai La vaccination est un acte citoyen. En nous faisant vacciner, nous nous protégeons et nous protégeons les autres. Par ailleurs, une couverture vaccinale optimale permet de protéger les personnes fragiles de l’entourage : nouveau-nés, femmes enceintes, personnes âgées…

Où me faire vacciner ?
Auprès de votre médecin traitant / dans un Centre de Vaccination / dans un centre de Protection maternelle et infantile (PMI) pour les enfants âgés de moins de 6 ans / dans certaines conditions, les infirmiers libéraux, les sages-femmes, les médecins du travail et les pharmaciens peuvent également vacciner.

La nécessité de faire reculer les maladies infectieuses a conduit les pouvoirs publics à étendre l’obligation vaccinale chez les enfants de moins de 2 ans. Pour les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018, les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les méningites à haemophilus influenzae b, l’hépatite B, le méningocoque C, le pneumocoque, la rougeole, les oreillons et la rubéole sont obligatoires avant l’âge de 2 ans. Santé publique France a comparé les couvertures vaccinales à 7 mois des nourrissons nés entre janvier et mai 2018, avec celles des nourrissons nés entre janvier et mai 2017, pour les vaccinations contre la coqueluche, les méningites à haemophilus influenzae de type b, l’hépatite B, le pneumocoque et le méningocoque C. La couverture vaccinale contre ces maladies infectieuses a connu une nette amélioration en Normandie avec :

+40,7 points de couverture vaccinale de la 1ère dose du vaccin contre le méningocoque C :
Elle est passée de 36,6% en 2017 à 73,3% en 2018. Cette amélioration de la couverture vaccinale, observée dans toutes les régions, a très vraisemblablement contribué à la diminution, chez les nourrissons âgés de moins d’un an, de l’incidence nationale des infections invasives dues à ce germe.

+3 points pour l’utilisation du vaccin hexavalent        
(diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, hépatite B et infections à haemophilus influenzae de type b) :
Le pourcentage d’utilisation est passé de 96,1% en 2017 à 99,1% en 2018.

+0,9 points de couverture vaccinale de la 1ère dose du vaccin contre le pneumocoque :
Elle est passée de 98,9% en 2017 à 99,8% en 2018.

Les couvertures vaccinales s’améliorent également chez les enfants nés avant l’entrée en application de la loi. Pour exemple, celle de la première dose du vaccin HPV (recommandé) chez les jeunes filles de 15 ans nées en 2003 est de 38,6%, alors qu’elle était de 34,8% chez les jeunes filles nées l’année précédente.

Afin d’augmenter toujours plus la couverture vaccinale, qui reste  insuffisante pour certaines  maladies (rougeole-oreillons-rubéole chez le petit enfant, méningocoque C ou HPV chez les adolescents), l’Agence Régionale de Santé de Normandie s’est fixée pour objectifs de :

  • promouvoir la vaccination auprès de la population (en participant à la Semaine Européenne de la Vaccination, en organisant des conférences-débats grand public…)
  • optimiser le fonctionnement des centres de vaccination pour améliorer l’offre de vaccination (notamment avec la création d’Equipes Mobiles de Vaccination dans le cadre des Centres de Vaccination)
  • renforcer les actions de sensibilisation, d’information et de mobilisation des professionnels de santé (par exemple en proposant des soirées « vaccinologie » dédiées aux professionnels de santé)
  • développer l’observation et l’analyse des données en matière de vaccination (en lien avec la CIRE Normandie (Santé publique France))

Aller plus loin

Liens utiles