Coronavirus : point de situation en Normandie - 2 février

Communiqué de presse

Point de situation en Normandie au 2 février 2021

À retenir

Un taux d’incidence en baisse mais une circulation toujours importante

Après un mois d'augmentation, le taux d'incidence régional est en baisse, tout en restant à un niveau très élevé au-dessus du seuil d’alerte. Il est de 171,3 soit une diminution de + 18 points en une semaine (depuis le 26 janvier). Les départements de la Manche et de la Seine-Maritime présentent également un taux d'incidence en baisse par rapport à la semaine précédente mais ils continuent d’observer les taux les plus importants de la région. Le taux d'incidence chez les plus de 65 ans reste le plus élevé dans la Manche avec plus de 221,9 cas pour 100 000 habitants. Le nombre de reproduction effectif, qui correspond au nombre moyen de personnes qu’une personne malade va contaminer, reste au-dessus du seuil de vigilance à 1,07. Dans le même temps, le nombre de clusters en cours demeure élevé avec 151 situations investiguées.

L'activité hospitalière en augmentation 

Les chiffres de l'activité hospitalière continuent d’augmenter (hospitalisations conventionnelles et réanimations) : 1385 personnes sont hospitalisées pour COVID-19 dont 118 en réanimation (contre 1 349 hospitalisations et 115 réanimations le 28/01).

De nouvelles opérations de dépistage à destination de la population

Le dépistage est un élément clé de la stratégie « Tester, Alerter, Protéger ». Pour casser au plus tôt la chaîne de contamination et freiner l’épidémie, il s’agit d’identifier rapidement les personnes malades et les personnes contact à risques qui le nécessitent, afin de mettre en œuvre les mesures de protection et d’isolement nécessaires : s’isoler lorsqu’on est positif et prévenir ses proches, c’est être acteur dans la lutte contre la Covid-19. En cas de résultat positif, une recherche de variant est réalisée.

Dans les bassins de vie marqués par des taux d’incidence très élevés, l’ARS Normandie et les Préfectures, en coordination avec les élus locaux et les acteurs de santé, ont déjà déployé 6 opérations de dépistage et de promotion du renforcement des gestes barrières. Sur les secteurs de Dieppe (76), Vire (dont Vassy-Valdalieres) (14), Falaise (14), Avranches (50), Granville (50) et Saint-Lô (50), 2808 personnes ont été testées dont 118 positives (hors opérations dans les établissements scolaires). Ce sont donc 118 personnes pour lesquelles l’isolement a pu être réalisé et le contact tracing mis en œuvre pour isoler leurs contacts à risque afin de rompre les chaînes de transmission du virus.

De nouveaux dispositifs sont mis en place cette semaine :

Toute personne qui souhaite se faire tester est invitée à se présenter sur les sites de dépistage participant à cette opération, sans RDV et sans ordonnance. Le moment du test sera également l’occasion d’une sensibilisation aux gestes barrières et au respect de l’isolement. L’ARS appelle chacun à respecter avec la plus grande rigueur les gestes barrières et protéger ainsi ses proches plus âgés.

La Vaccination

Depuis le 4 janvier, la campagne mise en place dans la région a permis l’injection de 105 710 doses (chiffres du 01/02) auprès des publics prioritaires, dont 99 769 primo-injections et 5 941 2èmes injections. La vaccination des personnes vulnérables se fait désormais à un rythme rapide et va s'étendre sur la durée nécessaire pour permettre l’accès au vaccin de toutes les personnes concernées sur la base des approvisionnements disponibles. Dans les EHPAD, les dernières vaccinations pour les 1ères doses ont été réalisées la semaine dernière dans la Manche : l’injection de la 2nde dose a débuté ce week-end dans les EHPAD relevant des 5 établissements pivots de la région, dans les EHPAD identifiés comme pilotes (liste disponible ici) et d’ici la fin de cette semaine dans les EHPAD du Calvados et de l’Eure, avant de se poursuivre dans les autres départements.

Dans ce contexte de très forte demande, il n’y a pas de demande de report en Normandie : les rendez-vous déjà pris de 1ère et de 2ème injection sont et seront assurés. Aujourd’hui et compte tenu du nombre très important de demandes de créneaux enregistrées, en cas d’absence de rendez-vous disponible, les personnes éligibles sont invitées à patienter jusqu’à l’ouverture de nouveaux créneaux. C’est au fur et à mesure de l’approvisionnement en vaccin que de nouvelles plages de rendez-vous seront ouvertes pour les semaines au-delà du 14 février.