COVID19 : la stratégie vaccinale

Actualité
Date de publication
Visuel
Le vaccin est l’un des moyens de faire face au virus de la Covid19, il constitue donc une véritable source d’espoir.
Une stratégie arrêtée sur la base de l’avis de la Haute Autorité de Santé (HAS) du 30 novembre, vise à déterminer les personnes prioritaires à la vaccination, en fonction des enjeux de santé publique et de l’arrivée progressive des doses de vaccins.
Corps de texte

Objectifs et principes

La stratégie vaccinale détermine qui sont les personnes prioritaires pour la vaccination, à quel moment et pourquoi.

Cette stratégie doit permettre de remplir 3 objectifs de santé publique :

  1. Faire baisser la mortalité et les formes graves de la maladie,
  2. Protéger les soignants et le système de soins,
  3. Garantir la sécurité des vaccins et de la vaccination.

Dans cette optique, elle repose sur 3 principes :

  • Le caractère Non Obligatoire de la vaccination,
  • La Gratuité,
  • La Haute Sécurité.

La vaccination en Normandie

En Normandie, la campagne de vaccination, coordonnée par l’ARS, a débuté ce 4 janvier 2021. Les 1ères vaccinations ont été réalisées dès 14h30 au CHU de Rouen auprès des professionnels de santé de l’établissement volontaires âgés de plus de 50 ans ou à risque de forme grave, puis le seront à compter du mardi 5 janvier auprès des résidents des EHPAD et USLD du CHU.

Dès mercredi 6 janvier, les quatre autres hôpitaux pivots de la région recevront leurs doses pour procéder de même. Et en fin de semaine, la campagne de vaccination s’étendra progressivement aux autres établissements accueillant des personnes âgées.

 

Au sein des 5 établissements pivots de Normandie, qui seront pour quatre d’entre eux livrés mercredi 6 janvier, la vaccination débute cette même semaine avec la vaccination des personnels de santé volontaires âgés de plus de 50 ans ou présentant un risque élevé de développer une forme grave de la Covid-19. Le CHU de Rouen, déjà livré, démarre cette vaccination dès ce lundi 4 janvier.

La vaccination des professionnels de santé donnera lieu à l’ouverture la semaine du 4 janvier d’un centre dédié dans chaque hôpital pivot, qui sera très rapidement ouvert à la vaccination des professionnels de santé d’autres établissements et de ville. D’autres centres sont en cours d’identification dans chaque département.

Concernant les résidents volontaires en USLD et EHPAD, ainsi que le personnel volontaire exerçant au sein de ces établissements, âgé de plus de 50 ans ou à risque de forme grave de COVID-19, la vaccination débutera ce mardi 5 janvier au sein de l’EHPAD du CHU de Rouen. Elle se poursuivra jeudi 7 dans les EHPAD relevant des autres hôpitaux pivots, avant de s’étendre à partir de la fin de semaine à une quinzaine d’autres EHPAD «pilotes »  (le calendrier sera rapidement communiqué).

Dès la semaine du 11 janvier , la campagne s’étendra à l’ensemble des EHPAD et USLD de Normandie. Les établissements seront approvisionnés en vaccins tout au long de cette première étape qui durera 6 à 8 semaines, le vaccin nécessitant l’administration d’une deuxième dose 21 jours après la première injection.

La campagne est aussi élargie aux pompiers et aux aides à domicile âgés de plus de 50 ans.

Livraison et approvisionnement des vaccins

Le circuit d’approvisionnement est organisé selon 2 flux :

 

En Normandie, 5 établissements hospitaliers pivots sont équipés de supers congélateurs, permettant un stockage à -80°C : le CHU de Rouen, le CHU de Caen, Le Centre Hospitalier Inter Communal Alençon-Mamers, le Centre Hospitalier Eure-Seine, le Centre Hospitalier Mémorial France Etats-Unis de Saint-Lô.

Dans les établissements accueillant des personnes âgées, l’approvisionnement des vaccins est réalisée dès lors que les établissements ont transmis le nombre de résidents souhaitant se faire vacciner (et pour lesquels il n’y a pas de contre-indication médicale). Cette organisation est nécessaire afin d’approvisionner les établissements en quantité exacte de doses, le vaccin BioNTech/Pfizer devant être administré dans les 5 jours suivants la décongélation.

Le 30 novembre, la Haute autorité de santé (HAS) a émis des recommandations en vue d’établir la stratégie vaccinale. Elle identifie ainsi cinq phases de vaccination, selon les types de publics :

Pour plus d’informations : La stratégie vaccinale - Ministère des Solidarités et de la Santé (solidarites-sante.gouv.fr)

La phase 1 de la campagne

Pour cette phase, prévue en janvier et février 2021, les personnes concernées sont :

  • Les personnes âgées résidant en établissements (par exemple Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes),
  • Les professionnels y exerçant et présentant un risque élevé (âge supérieur à 65 ans, pathologies),
  • Tous les professionnels de santé, y compris libéraux, les pompiers et les aides-à-domicile de plus de 50 ans et/ou atteints de comorbidités*,
  • Les personnes en situation de handicap hébergées en établissement et les personnels y exerçant âgés de 50 ans et plus et/ou atteints de comorbités*,
  • Les personnes âgées de plus de 75 ans et vivant à domicile pourront également se faire vacciner à partir du 18 janvier 2021,
  • Les personnes ayant une pathologie qui les expose à un très haut risque face à la Covid-19 disposant d’une ordonnance médicale pour se faire vacciner prioritairement. Il s’agit de personnes :
    - atteintes de cancer et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie,
    - atteintes de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;
    - transplantées d’organes solides,
    - transplantées par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques,
    - atteintes de poly-pathologies chroniques, avec au moins deux insuffisances d’organes,
    - atteintes de certaines maladies rares (voire liste sur le site du ministère de la santé)
    - atteintes de trisomie 21.

*La liste des comorbidités est la suivante :
- L’obésité (IMC>30), particulièrement chez les plus jeunes ;
- La BPCO et l’insuffisance respiratoire ;
- L’hypertension artérielle compliquée ;
- L’insuffisance cardiaque ;
- Le diabète (de type 1 et de type 2) ;
- L’insuffisance rénale chronique ;
- Les cancers et maladies hématologiques malignes actifs et de moins de 3 ans ;
- Le fait d’avoir une transplantation d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
- La trisomie 21.

Les phases 2 et 3

Pour ces phases, prévue en mars 2021, les personnes concernées sont :

  • Phase 2 : les personnes âgées de 65 à 74 ans
  • Phase 3 : les autres tranches de la population susceptibles d’être infectées et non ciblées antérieurement

 

Les phases 4 et 5 permettront d’ouvrir largement la vaccination aux plus de 18 ans sans comorbidités

Comment se déroulera la vaccination ?

En amont de la vaccination, une consultation médicale (ou téléconsultation) sera proposée à chaque personne. Durant celle-ci, le médecin s’assurera auprès du patient :

  • De son état de santé,
  • De l’absence de contre-indications,
  • De son consentement après l’avoir informé notamment des bénéfices et des risques de la vaccination.

Dans les EHPAD, les familles des résidents seront associées à cette consultation.

La vaccination des personnes volontaires sera effectuée par un médecin ou un infirmier supervisé par un médecin et se fera en deux injections, espacées de 21 jours.

La vaccination anti-covid : un acte médical qui doit s’inscrire dans le cadre habituel de la relation patient-médecin : consultez le communiqué de presse de France Assos Santé.

La fabrication d’un vaccin se décline en 3 étapes majeures :

1️ : Décrire la maladie et en identifier l’origine

2 : Déterminer le type de vaccin qui offrira la meilleure immunité

3 : Tester cliniquement le vaccin

 

En savoir plus :

Vous avez des questions ?

Consultez la FAQ réalisée par le Ministère de la Santé et des Solidarités ci-dessous.

Elle sera mise à jour régulièrement.