Coronavirus : point de situation en Normandie - 6 juillet 2021

Communiqué de presse
CP Point de situation

Point de situation en Normandie au 6 juillet

Situation épidémiologique

Le taux d’incidence régional repart à la hausse après plusieurs semaines de forte baisse

Avec 18,77 cas pour 100 000 habitants, le taux d’incidence reste au-dessous du seuil d’alerte mais enregistre une nouvelle augmentation après plusieurs semaines de diminution : +31,1 % par rapport à la semaine précédente. Il reste cependant au-dessous du taux national qui observe la même tendance (TI de 24,12 cas pour 100 000 : + 29%).

Cette hausse de l’incidence s’observe dans trois départements normands. Le Calvados est le département le plus touché (+ 105,2 % en une semaine) et atteint ce jour un taux de 34,4 nouveaux cas pour 100 000 habitants. L'Eure et la Seine-Maritime présentent également une augmentation. L’Orne et la Manche continuent d’enregistrer une diminution de l’incidence.

Normandie : +31,1 % (taux d’incidence SPF du 27/06 au 03/07 : 18,8)

Calvados : + 105,2 % (taux d’incidence SPF du 27/06 au 03/07 : 34,4)

Eure : +15,8 % (taux d’incidence SPF du 27/06 au 03/07 : 14,7)

Manche : -48,4 % (taux d’incidence SPF du 27/06 au 03/07 : 6,5)

Orne : -21,4 % (taux d’incidence SPF du 27/06 au 03/07 : 11,9)

Seine-Maritime : +29,4 % (taux d’incidence SPF du 27/06 au 03/07 : 18,4)

Un plan d’action pour le Calvados

La forte hausse du taux d’incidence observée dans le Calvados au cours des 7 derniers jours, bien au-dessus de la valeur régionale, s’explique en partie par la forte croissance de la mutation L452R (portée notamment par le variant Delta), avec une augmentation rapide au cours des derniers jours (aujourd’hui, 74% des tests criblés dans le Calvados présentent la mutation L452R, soit le double par rapport à la semaine passée (34,5%)).

Cette situation a conduit à renforcer les opérations de dépistage, mais aussi de vaccination dans le département. Les moins de 30 ans étant plus particulièrement touchés dans le Calvados, des actions sont notamment déployées sur Caen la mer.

Depuis début juillet, au regard d’une diffusion plus importante, et non liée à des cas groupés, l’ARS et la Préfecture du Calvados observent au plus près la situation et amplifient les dispositifs de dépistage, comme cette semaine à Biéville-Beuville, Mathieu, Ifs, Caen (place Bouchard et Chemin Vert), Saint-Pierre-sur-Dives, Cabourg, Deauville, Vire, Pont L’Evêque, Honfleur ou Lisieux.

En plus de l’offre de vaccination existante, des opérations d’aller-vers en vaccination sans rendez-vous sont mises en place, avec notamment :

  • des dates programmées à Pont L’Evêque (8 et 9 juillet) et Argences (15 et 16 juillet),
  • la participation à des événements comme le 14 juillet à Honfleur (Quai Sainte-Catherine et Village des marques) et à Caen (Place Saint-Sauveur et Quai Vendeuvre),
  • la poursuite des actions dans les centres commerciaux , comme à Carrefour Mondeville tous les samedis du mois de juillet de 10h à 20h.

Face à la variante Delta très contagieuse qui progresse, et au vu des doses disponibles en abondance, il faut encore renforcer l’effort et amener chacun à se faire vacciner dès à présent. La vaccination est en effet très efficace contre le Delta : comme le montrent les résultats d’études britanniques avec une réduction du risque de forme grave de 70% après une injection et de plus de 90% après deux injections. Pour éviter une nouvelle vague liée à la variante delta, c’est maintenant que tout se joue. Faisons-nous vacciner !

Moins de 50 personnes hospitalisées en réanimation et soins critiques

L’amélioration de l’activité hospitalière se poursuit avec 474 personnes hospitalisées (contre 586 lors du dernier point de situation : -112), dont 49 en réanimation et soins critiques (contre 63 la semaine précédente : - 14). Le nombre moyen de nouvelles entrées en hospitalisations conventionnelles (3 nouveaux séjours en moyenne par jour) ou en en réanimation (moins de 1 nouveau séjour en moyenne par jour) reste faible.

Se faire dépister pour connaître sa situation

Les opérations de dépistage en complément de l’offre pérenne se poursuivent dans l’ensemble des départements. L’ARS rappelle que le dépistage reste l’une des meilleures armes pour lutter contre la propagation du virus. Il est essentiel, y compris pour les personnes asymptomatiques, pour casser le plus

rapidement possible les chaînes de contamination, en permettant le repérage précoce des cas Covid+ et leur mise à l’abri, et en limitant les risques de transmission. Retrouvez la liste des opérations ponctuelles de dépistage sur le site Internet de l’ARS : Coronavirus COVID-19 : où se faire tester en Normandie ? | Agence régionale de santé Normandie (sante.fr)

Restons vigilants, continuons de respecter les gestes barrières, vaccinons-nous !

La Vaccination

Près d’un tiers des Normands complètement vaccinés

En Normandie, depuis le début de campagne, le rythme de vaccination est supérieur au rythme moyen national. Cette tendance se retrouve à l’échelle départementale : tous les départements enregistrent des taux supérieurs aux taux nationaux. Depuis cinq semaines, entre 210 000 et 220 000 injections sont ainsi réalisées chaque semaine en Normandie.

Ce sont plus de 3 millions d'injections qui ont été effectuées dans la région depuis le 4 janvier, date du lancement de la campagne en Normandie. 

Au 27 juin, près d’un Normand sur trois a été complètement vacciné (32,7% vs 31 ,6% France entière - source data vaccin covid – ameli) et plus d’un sur deux a reçu une 1ère dose (53,3% vs 49,6% France entière). 

Au 4 juillet inclus :

  • 1 878 527 primo-injections
  • 1 277 206 vaccinations complètes
  • 3 046 118 injections

Au 27 juin (source : Si vaccin Covid  - ameli.fr), 53,3 % des Normands ont reçu au moins une dose :

  • 85,3 % des 75 ans et plus
  • 86,5 % des 65-74 ans
  • 75,8 % des 55-64 ans
  • 62 % des 40-54 ans
  • 47,2 % des 20-39 ans
  • 9 % des – de 19 ans

et 32,7% Normands sont complètement vaccinés

Les doses sont disponibles dans tous les lieux de vaccination : centres, officines, cabinets, santé au travail, opérations d'aller vers… Et nous sommes en capacité de faire davantage de primo-injections que ce que nous observons actuellement.

Pour une rentrée sereine, il ne faut pas attendre septembre pour commencer à se vacciner (se vacciner en septembre, c’est n’être protégé que courant octobre).

La question des vacances ne doit pas être un frein à la vaccination ni retarder le projet de vaccination, c’est pourquoi l’ARS, les préfectures et les professionnels de santé se mobilisent pour faciliter l’accès des Normands de plus de 12 ans à la vaccination : dès aujourd'hui, pour un été protégé, en famille, entre amis, en voyage, pour les sorties, faisons-nous vacciner !

  • Il est désormais possible d’effectuer sa 2nde injection dans un centre différent de celui où a été réalisée la 1ère : les touristes qui visitent la Normandie peuvent par exemple recevoir leur 1ère dose dans la région puis la 2nde de retour chez eux, et il en va de même pour les Normands sur leur lieu de vacances! 
  • En plus des possibilités déjà en place, des créneaux sans rendez-vous et un élargissement des horaires en soirée et le week-end dans les centres de vaccination sont mis en place.
  • Des opérations au plus près des habitants continuent à se déployer, par exemple dans des centres commerciaux.

Pour connaître les opérations organisées dans chaque département cette semaine (liste régulièrement mise à jour)

  • Une grande souplesse concernant le délai entre les doses des vaccins a été mise en place : il est désormais possible de moduler soi-même l’espacement entre les injections de Pfizer et Moderna entre 21 et 49 jours (contre 35 à 49 jours auparavant).
  • Et dans beaucoup de situations, une seule dose sera suffisante :
    • pour les personnes ayant contracté la Covid-19 (il y a au moins 2 mois)
    • pour les plus de 55 ans, avec le vaccin unidose Janssen

Retrouvez l’infographie « la vaccination pour le grand public » précisant en fonction de l’âge et de la situation, les vaccins utilisés et les lieux de vaccination possibles, en cliquant ici.