Coronavirus : point de situation en Normandie - 27 juillet 2021

Communiqué de presse
CP Point de situation

Point de situation en Normandie au 27 juillet

Situation épidémiologique

Le taux d’incidence régional continue de progresser au-dessus de 100, mais à un rythme moins soutenu

Au 27 juillet, l’incidence régionale dépasse désormais les 100 cas pour 100 000 habitants (101,04 en Normandie contre 189,01 au national). Cette augmentation (56,6% en une semaine) est notamment portée par les moins de 30 ans.

L’évolution observée sur 7 jours est cependant moins rapide que précédemment en Normandie et inférieure à celle constatée au niveau national.

Cette tendance à la hausse se retrouve dans les cinq départements normands, désormais tous au-dessus-du seuil d’alerte (50). Le Calvados est toujours le département le plus impacté. 

  • Normandie : + 56,6 % (taux d’incidence SPF du 18/07 au 24/07 : 101)
  • Calvados : + 57,7 % (taux d’incidence SPF du 18/07 au 24/07 : 195,2)
  • Eure : + 65,4 % (taux d’incidence SPF du 18/07 au 24/07 : 67,8)
  • Manche : + 74,3 % (taux d’incidence SPF du 18/07 au 24/07 : 74,6)
  • Orne : + 32,5 % (taux d’incidence SPF du 18/07 au 24/07 : 54,5)
  • Seine-Maritime : + 50,9 % (taux d’incidence SPF du 18/07 au 24/07 : 85,5)

Le nombre d’entrées à l’hôpital, plus haut qu’au début du mois, reste pour le moment inférieur aux sorties

L’activité hospitalière ne suit pas encore l’augmentation des cas positifs. Les entrées directes en réanimation sont encore peu fréquentes et le nombre de nouvelles hospitalisations conventionnelles se stabilise depuis une semaine à environ 5 nouveaux séjours en moyenne par jour. Le nombre de personnes hospitalisées est de 418 (contre 461 lors du dernier point de situation), dont 39 patients en réanimation et soins critiques (contre 45 la semaine précédente).

Le taux de positivité en hausse

Entre le 18 et le 24 juillet, 107 405 personnes ont été testées dont 3 338 ont présenté un résultat positif : le taux de positivité atteint 3,1%. Le département du Calvados se caractérise par un niveau très élevé de cas positifs (1 350 sur les 7 derniers jours) et influence fortement la moyenne régionale.

Le dépistage reste l’une des meilleures armes pour lutter contre la propagation du virus. Se faire tester est essentiel, y compris pour les personnes asymptomatiques, pour casser le plus rapidement possible les chaînes de contamination, en permettant le repérage précoce des cas Covid+ et leur mise à l’abri, et en limitant les risques de transmission. En plus de l’offre pérenne de dépistage proposée par les laboratoires et les professionnels de santé (pharmacies et infirmiers), des opérations ponctuelles de dépistage sont organisées sur tout le territoire (à retrouver sur le site Internet de l’ARS : Coronavirus COVID-19 : où se faire tester en Normandie ? | Agence régionale de santé Normandie (sante.fr))

Respectons les gestes barrières

Dans ce contexte de circulation virale importante, l’ARS appelle à la plus grande prudence et au respect indispensable des gestes barrières : port du masque, lavage des mains, limitation des interactions sociales. Chacun a un rôle à jouer dans la lutte contre l’épidémie.

Vaccinons-nous !

Un schéma vaccinal complet permet :

  • D’éviter une infection à la Covid-19, notamment dans ses formes graves

Face à la variante Delta très contagieuse, la vaccination est en effet très efficace : les données nous prouvent que le niveau d’efficacité de la vaccination contre ce variant est tout à fait comparable au niveau d’efficacité contre la souche initiale. Ainsi, un schéma de vaccination complet est efficace à plus de 90% pour prévenir les hospitalisations dues à une infection par ce variant.

  • De disposer d’un pass sanitaire valable sans limitation de durée.
  • D’être considéré comme personne-contact à risque modéré : à ce titre, les personnes complètement vaccinées et contacts n’effectuent plus de quarantaine. Elles doivent cependant réaliser un test immédiat, ainsi qu’un test à J7 du dernier contact avec le cas. Elles doivent également informer leurs contacts (contact-warning) et limiter leurs interactions sociales. Il est essentiel de contribuer au contact tracing et d’aider les équipes dédiées pour identifier les personnes contact à risque et les situations d’exposition au virus.

La Vaccination

Avec 260 724 injections sur la semaine du 19 au 25 juillet, la Normandie enregistre un nouveau record

Le nombre d’injections réalisées continue d’augmenter d’une semaine sur l’autre, avec la semaine passée une hausse de + 8,9% par rapport à la semaine précédente. Cette augmentation est significative pour les primo-injections.

Après près de 8 mois de campagne vaccinale, ce sont plus de 3,7 millions d'injections qui ont été effectuées dans la région, dont plus de 2,1 millions de primo-injections. Avec au 25 juillet inclus : 2 137 280 primo-injections, 1 772 453 vaccinations complètes, 3 765 110 injections.

Au 18 juillet (source : Si vaccin Covid - ameli.fr), 59,5 % des Normands ont reçu au moins une dose (France : 55,7%) et 47,2% Normands sont complètement vaccinés (France : 45,1%). La Normandie se positionne ainsi à la 2ème place des régions en terme de primo-injections et de vaccination complète.

Détail des primo-injections par classe d’âge : 87 % des 75 ans et plus / 89,2 % des 65-74 ans / 80,3 % des 55-64 ans / 69,6 % des 40-54 ans / 57,2 % des 20-39 ans / 15,6 % des – de 19 ans.

Des capacités de vaccination portées à leur maximum

Pour amplifier encore cette dynamique dès à présent et contribuer ainsi à contrer la 4ème vague, près de 84 000 nouveaux créneaux ont été ouverts pour la période du 26 juillet au 8 août. 

L’intervention du Président de la République a fortement amplifié la demande de créneaux de vaccination dans la région. L’ARS et les préfectures, en lien avec les professionnels de santé, les SDIS et les collectivités locales, répondent à cette forte demande, notamment dans les centres de vaccination, où toutes les doses disponibles sont utilisées sans délai au bénéfice de la population. Compte tenu de cette mise sous tension logistique maximale et de la forte demande qui persiste, la Normandie se voit livrer pour la quinzaine en cours des doses supplémentaires de vaccin Pfizer.

Concrètement, pour cette semaine et la semaine prochaine, cela se traduit par 84 000 créneaux supplémentaires :

  • en centre de vaccination. Pour prendre rendez-vous :
    • sur internet : en se rendant sur le site www.sante.fr , ou via le site de l'ARS Normandie pour accéder à la plateforme de rendez-vous en ligne dédiée ;
    • par téléphone au 02 79 46 11 56, numéro régional accessible de 8h à 18h, du lundi au vendredi, ou au 0 800 009 110, numéro national vert, de 6h à 22h 7/7.
  • en « aller-vers », lors d’opérations de vaccination de grande proximité destinées à toucher les personnes les plus éloignées de la démarche de vaccination  : centres de vaccinations mobiles ou éphémères dans des communes rurales, en centre-ville ou dans les quartiers. Les organisateurs et collectivités communiquent localement sur les dates et lieux de ces opérations.

Pour connaître les opérations organisées dans chaque département cette semaine (liste régulièrement mise à jour) : rendez-vous sur le site internet de l’ARS

L’ARS Normandie rappelle que l’accès à la vaccination est facilité. Centres, officines, cabinets, santé au travail, opérations d' « aller-vers » au plus près de chez soi, sur son lieu de vacances… de nombreuses possibilités sont proposées pour être vacciné.

  • En plus des possibilités déjà en place, des créneaux sans rendez-vous et un élargissement des horaires en soirée et le week-end dans les centres de vaccination sont mis en place.

Pour connaître la liste des centres dans chaque département (liste régulièrement mise à jour) : consultez le site internet Sante.fr

Des opérations au plus près des habitants en « aller-vers » continuent à se déployer

  • Des professionnels libéraux mobilisés : médecins, infirmiers, pharmaciens, biologistes et sages-femmes participent pleinement au dispositif de vaccination.
  • Une grande souplesse concernant le délai entre les doses des vaccins a été mise en place : il est désormais possible de moduler soi-même l’espacement entre les injections de Pfizer et Moderna entre 21 et 49 jours.
  • Il est possible d’effectuer sa 2nde injection dans un centre différent de celui où a été réalisée la 1ère 
  • Et dans beaucoup de situations, une seule dose sera suffisante :
    • pour les personnes ayant contracté la COVID-19 (il y a au moins 2 mois)
    • pour les plus de 55 ans, avec le vaccin unidose Janssen

Retrouvez les supports de communication de la campagne "Ensemble, pour le plaisir de se retrouver : vaccinons-nous" sur le site internet de l’ARS : Ensemble : Pour le plaisir de se retrouver, vaccinons-nous ! | Agence régionale de santé Normandie (sante.fr)