Coronavirus : point de situation en Normandie - 25 mai 2021

Communiqué de presse
CP Point de situation

Point de situation en Normandie au 25 mai 2021

Situation épidémiologique

Pour rappel, Santé Publique France a fait évoluer les indicateurs pour le suivi des cas confirmés de Covid-19. Plus d’informations sur le site de SpF

Un taux d'incidence toujours supérieur à la moyenne nationale

En Normandie, la dynamique de l’épidémie est moins favorable que sur le territoire national : le taux d’incidence de 152,7 cas pour 100 000 habitants est toujours supérieur à celui de la France (124,12 cas pour 100 000). La situation reste donc particulièrement fragile en Normandie, et notamment dans les départements de l’Orne et de l’Eure, qui enregistrent les taux les plus hauts.

A noter : la semaine passée, le taux d’incidence sur 7 jours glissants communiqué était marqué par un jeudi férié et un pont, celui l’Ascension (période durant laquelle les dépistages sont moins nombreux), ce qui n’est pas le cas pour la dernière période de référence communiquée ce jour, du 16 au 22 mai. De ce fait, l’incidence Normande est en augmentation par rapport à la semaine dernière : 152,7 cas / 100 000 hab (soit augmentation de +0,3% par rapport à la semaine précédente selon les nouveaux indicateurs SPF – cf ci-dessus). La tendance sur le mois reste cependant à la baisse : le taux avant le jeudi de l’ascension (6 au 12 Mai) était de 168 cas pour 100 000 hab (selon les nouveaux indicateurs SpF).

  • Normandie : 0,3 % (taux d’incidence SPF du 16 au 22/05 : 152,7)
  • Calvados : 0,7 % (taux d’incidence SPF du 16 au 22/05 : 129,1)
  • Eure : 22,9 % (taux d’incidence SpF du 16 au 22/05 : 167,8)
  • Manche : - 7,2 % (taux d’incidence SpF du 16 au 22/05 : 133,7)
  • Orne : - 7 % (taux d’incidence SpF du 16 au 22/05 : 170,8)
  • Seine-Maritime : - 4,3 % (taux d’incidence SpF du 16 au 22/05 : 161,9)

Le nombre de reproduction effectif (R0), qui correspond au nombre moyen de personnes qu’une personne malade va contaminer, est désormais de 0,82, au-dessus du R0 national (0,78).

Le taux de positivité tend à diminuer : il est de 4,09 % (source SPF), contre 4,75 communiqué dans le dernier point de situation du 21 mai. Il reste néanmoins supérieur au taux national (3,17 %)

L’activité hospitalière continue sa lente décrue mais reste élevée 

Avec 1116 personnes hospitalisées en Normandie, dont 158 en réanimation, la tendance à la baisse de l’activité hospitalière se confirme. Toutefois, la pression sur le système hospitalier reste importante avec une occupation des lits de réanimation par des patients COVID à 65,8% (sur la capacité initale). Par ailleurs, les entrées en réanimation ne baissent pas avec la même dynamique que les entrées en hospitalisation conventionnelle.

Dans ce contexte, l’ARS organise la reprise d’activité hors Covid avec tous les hôpitaux et cliniques, tout en conservant les capacités nécessaires en cas de rebond. Si la déprogrammation des activités non urgentes n’est plus la règle systématique, les établissements restent engagés collectivement dans chaque département sur l’ouverture d’un nombre cible de lits de réanimation.

Pour accompagner cette reprise, continuons à respecter strictement les gestes barrières au quotidien pour lutter contre l’épidémie. Il est également essentiel de respecter les mesures d’isolement et de se faire tester au moindre symptôme.

Se faire dépister pour connaître sa situation

Les opérations de dépistage en complément de l’offre pérenne se poursuivent dans l’ensemble des départements. L’ARS rappelle que le dépistage reste l’une des meilleures armes pour lutter contre la propagation du virus. Il est essentiel, y compris pour les personnes asymptomatiques, pour casser le plus rapidement possible les chaînes de contamination, en permettant le repérage précoce des cas covid+ et leur mise à l’abri, et en limitant les risques de transmission. Il s’agit de détecter le plus grand nombre de personnes porteuses du virus, qu’elles aient des symptômes ou non.

Retrouvez la liste des opérations ponctuelles de dépistage sur le site Internet de l’ARS : Coronavirus COVID-19 : où se faire tester en Normandie ? | Agence régionale de santé Normandie (sante.fr)

La Vaccination

En Normandie, la campagne de vaccination se poursuit à un rythme soutenu :

Au 24 mai inclus :

  • 1 255 235 Normands ont reçu au moins une dose.
  • 582 213 Normands bénéficient à ce jour d’une vaccination complète (17,62 % de la population).
  • 1 799 843 injections ont été effectuées.
  • Sur le seul week-end de la Pentecôte, ce sont 47 426 injections qui ont été réalisées
  • 84 % des normands âgés de 75 ans et plus ont reçu une première dose de vaccin.
  • Chez les 70-74 ans, ils sont 88,1 % à avoir reçu une première dose.
  • 67,3 % des 55-69 ans ont eu l’injection de la première dose.

Retrouvez l’infographie « la vaccination pour le grand public » précisant en fonction de l’âge et de la situation, les vaccins utilisés et les lieux de vaccination possibles, en cliquant ici.

La campagne s’inscrit dans le cadre de l’élargissement des cibles prioritaires et le calendrier vaccinal va encore s’accélérer d’ici la fin du mois de mai :  

  • Depuis le 24 mai 2021 : la vaccination est étendue à toutes les personnes exerçant une profession prioritaire (voir la liste complète), sans restriction d'âge ;
  • A compter du 31 mai 2021 : la vaccination sera étendue à tous les adultes sans condition, avec deux semaines d'avance sur le calendrier initial.

Pour rappel, plusieurs possibilités de vaccination sont proposées au grand public :

  • En centre de vaccination (centres de proximité ou centre de grande capacité)

Prise de RDV :

  • sur internet en se rendant sur le site www.sante.fr ou sur le site de l'ARS Normandie en sélectionnant le centre correspondant, il sera possible d’accéder à la plateforme de rendez-vous en ligne dédiée
  • par téléphone au 02 79 46 11 56, numéro régional accessible de 8h à 18h, du lundi au vendredi,  ou au 0 800 009 110, numéro national vert accessible de 6h à 22h 7/7.
  • En établissement de santé pour les personnes qui y sont suivies
  • Par des opérations mobiles pour aller au plus près des personnes rencontrant des difficultés à se déplacer
  • Par la médecine du travail
  • Et chez les professionnels de santé de ville, qui sont aussi fortement impliqués dans la campagne de vaccination. Médecins traitants, pharmaciens et infirmiers : ils sont 3 323 en Normandie.