Coronavirus : point de situation en Normandie - 16 février

Communiqué de presse

Point de situation en Normandie au 16 février 2021

À retenir

Un taux d’incidence en baisse, mais une circulation virale élevée

Le taux d’incidence régional est en baisse, tout en restant nettement supérieur au seuil d’alerte (132,7 cas pour 100 000 habitants contre 161,8 le 09/02). Au cours de la semaine passée, tous les départements ont vu leur taux d'incidence repasser sous la barre des 200 cas pour 100 000 habitants. Les départements de la Manche, de l'Orne et de la Seine-Maritime ont perdu près de 40 points d'incidence en 7 jours. Dans ce contexte, 169 clusters sont en cours d'investigation dont 72 en EHPAD et 36 en établissements de santé. Plus d'un tiers des clusters sont situés en Seine-Maritime.

Une tension hospitalière qui reste importante

L'activité hospitalière est toujours importante mais tend à se stabiliser : au 14 février, 1281 personnes sont hospitalisées pour COVID-19 dont 128 en réanimation (contre 1361 hospitalisations dont 133 en réanimation le 8/02).

Un suivi renforcé des variants

Tout test donnant lieu à un résultat positif fait désormais obligatoirement l’objet d’une RT-PCR de criblage en seconde intention, afin de déterminer s’il s’agit d’une contamination par un variant. Les opérations de tracing et d'isolement continuent d'être déclenchées dès réception du résultat du test de première intention. A réception des résultats de la RT-PCR de criblage, des dispositifs de renforcement sont déclenchés en présence de variant. La priorité demeure l'isolement sans délai des cas et l'alerte rapide de leur contact. Dans le cadre du contact-tracing, il est demandé à l'ensemble des contacts à risque identifiés de prévenir eux-mêmes les personnes avec qui elles ont été en contact à risque afin que ces dernières puissent : renforcer l'application des mesures barrières ; télétravailler dès lors que cela est possible ; réduire volontairement leurs contacts sociaux durant les 7 jours suivants ; réaliser un test sans délai dès les premiers symptômes.

Tester, Alerter, Protéger : de nouvelles opérations de dépistage à destination de la population

Dans les bassins de vie marqués par des taux d’incidence très élevés, l’ARS Normandie et les Préfectures, en coordination avec les élus locaux et les acteurs de santé, continuent de déployer des opérations de dépistages et de promotion du renforcement des gestes barrières. Ces opérations de dépistage viennent en complément de l’offre de dépistage existante afin de faciliter l’accès aux tests pour les habitants du territoire.

Toutes les opérations en cours ou à venir sont accessibles sur le site de l’ARS Normandie : https://www.normandie.ars.sante.fr/covid-19-depistage-sans-ordonnance-en-normandie-avec-ou-sans-rdv

La Vaccination

La campagne de vaccination se poursuit en Normandie avec au 14 février 199 877 injections effectuées (139 571 primo injections et 60 306 secondes injections).

  • Pour le grand public éligible

Au regard des prévisions d’approvisionnement, 63 000 nouvelles primo injections sont prévues entre le 1er et le 28 mars à destination des personnes de 75 ans et plus, du public éligible en résidences autonomie et dans le cadre d’opérations mobiles pour les personnes isolées ne pouvant se rendre dans les centres de vaccination. Dans les centres de vaccination, ce sont ainsi 52 000 nouvelles plages de rendez-vous pour une 1ère injection qui s’ouvrent progressivement depuis ce week-end : au cours des 3 derniers jours (du 12/02 au soir au 15/02 au soir), plus de 18 200 nouveaux rendez-vous ont déjà été pris 

Retrouvez toutes les modalités d’accès à la vaccination pour le grand public éligible sur : Vaccination du Grand Public contre la COVID-19 | Agence régionale de santé Normandie (sante.fr)

  • Pour les professionnels de santé, du médico-social, aides à domicile et sapeurs-pompiers

Depuis la semaine dernière et la livraison du vaccin Astra Zeneca en Normandie, les professionnels de moins de 65 ans travaillant dans les secteurs de la santé (en établissement ou libéraux) et du médico-social peuvent désormais se faire vacciner, ainsi que les résidents des maisons d’accueil spécialisé (MAS) et des foyers d’accueil médicalisé (FAM). Au 15 février, plus de 5 200 professionnels se sont volontairement faits vacciner.

Retrouver toutes les modalités d’accès à la vaccination pour les professionnels de santé sur :

Vaccination des professionnels de santé, du médico-social, aides à domicile et Sapeurs pompiers | Agence régionale de santé Normandie (sante.fr)